Lettre ouverte au Président Macron : De quelle façon un « gitan » est-il censé parler?

De Ðorđe Jovanović  

Monsieur le Président de la République,

Nous vous écrivons afin de protester contre vos propos du 31 janvier 2019 et pour exprimer la consternation qu’ils ont provoquée parmi nous. D’après les médias français et internationaux, un boxeur Yéniche1, Christophe Dettinger, était impliqué dans un conflit entre des manifestants « gilets jaunes » et la police le 5 janvier 2019. Il y a eu des blessés, dont deux policiers. Plus tard, une vidéo est apparue dans laquelle M. Dettinger se défend contre les accusations d’agression de ces deux policiers. Suite au visionnage de cette vidéo, vous avez commenté la déclaration de M. Dettinger à des journalistes du magazine Le Point en utilisant des termes discriminatoires:

 « Le boxeur, la vidéo qu'il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d'extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n'a pas les mots d'un gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan ».

Votre déclaration a une forte connotation raciale qui ne devrait pas avoir sa place dans le discours public, ni en France, ni ailleurs au sein de l’Union européenne. Votre rhétorique fait référence à des stéréotypes tenaces sur le manque supposé de capacité intellectuelle chez les Roms et Gens du voyage français. Cette déclaration est discriminatoire et constitue une insulte envers toutes les communautés des Roms et des Gens du voyage, vu sa dissonance par rapport à l’une de vos déclarations précédentes, où vous décriviez la France comme étant « de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires ». J’ajouterais qu’il est peu probable que ce genre de déclaration passerait sans controverse si vous parliez d’une autre minorité en France. Pourquoi est-il donc acceptable que vous visiez ainsi des Roms ou des Gens du voyage?

D’après le rapport sur la France pour l’année 2016 rédigé par la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (l’ECRI), « le racisme reste présent dans le discours d’hommes et de femmes politiques français. Les Roms en particulier sont une cible récurrente de tels propos ». Des recherches effectuées par l’ERRC et par l’ECRI ont exposé de nombreux exemples de déclarations haineuses par des hommes et femmes politiques français, dont Jean-Marie Le Pen (ancien président du Front national) le 22 septembre 2012, Gilles Bourdouleix (membre de l’Assemblée nationale et maire de Cholet) le 21 juillet 2013, et Manuel Valls (alors Ministre de l’Intérieur) le 14 mars et le 24 septembre 2013.

Nous souhaitons vous rappeler la recommandation de l’ECRI en 2016: que la France mette un terme à la prolifération des discours et des crimes de haine ciblant les Roms et les autres minorités, en prenant des mesures « afin  de  juguler l’exploitation politicienne des formes [de] discours stigmatisant les groupes vulnérables ». Nous répétons l’appel lancé par l’ECRI aux autorités françaises « de lutter  efficacement  contre la prévalence  des  stéréotypes  et  préjugés raciaux et homo/transphobes pour mieux résoudre les questions concrètes que pose  le vivre ensemble dans un monde interculturel ».

Votre déclaration démontre une indifférence pour la sûreté des Roms et des Gens du voyage et de leurs communautés, ce qui est susceptible de mener à de nouvelles éruptions de discours haineux contre ceux que vous stigmatisez en tant que « Gitans ». Nous vous invitons à présenter vos excuses pour cette déclaration discriminatoire envers les communautés des Roms et des Gens du voyage, et nous demandons à votre administration de prendre des mesures compatibles avec votre déclaration précédente proclamant le droit de chacun à la protection de « ses droits et sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie ». Ces excuses aideraient à apaiser les inquiétudes des Roms et des Gens du voyage partout en France, et aideraient à garantir que Christophe Dettinger soit traité de manière équitable, sans que les préjudices révoltants et les calomnies de l’antitsiganisme ne brouillent cette affaire.

Veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l'expression de ma respectueuse considération,

Ðorđe Jovanović

 

_________

1. D’après le Conseil de l’Europe, les Yéniches sont « une population autochtone non rom vivant notamment en Suisse et dans certains pays limitrophes et menant à l’origine une vie itinérante. Comme les Travellers, la plupart des Yéniches (plus de 90%) sont aujourd’hui sédentarisés »

 

donate now

Challenge discrimination, promote equality

be informed

Receive our public announcements Receive our Roma Rights Journal

news portal

The latest Roma Rights news and content online

join us

Become a part of the ERRC's activist network in Europe